Habitation à Loyer Moderne

Nausée
D'un côté, le pédant, le méprisant (et méprisable), l'impossible monsieur Bolufer et ses explications. Les beaux quartiers et leurs belles adresses, les mètres carrés à gogo, le pouvoir, le cynisme et l'arrogance.
De l'autre, la jalousie féroce, les approximations, une bonne dose de populisme débridée, un zeste de démagogie et d'huile sur le feu.

Au milieu, la vérité, le juste milieu, le bon sens bafoué. Forcément.

Les coupables
Ce qui m'apparait insupportable c'est la manière dont un réel problème est récupéré pour être utilisé politiquement, et ce faisant, comment il disparaît derrière les hauts cris et les haussements d'épaules.
Je prédis que le dindon de la farce sera au final toujours le même. Monsieur Bolufer et Monsieur Chevenement trouveront sans peine à se reloger à de jolies adresses. Mais le couple qui vit dans une HLM pourrie depuis 40 ans et désire y rester se verra contraint de quitter son logement sous prétexte que leurs émoluments ne justifient plus qu'ils aient droit à bénéfécier d'un tel "avantage". Ils partiront donc sous les colibets de leurs voisins qui les regarderont comme s'ils étaient des salopards coupables de tous les maux de ce monde.

Welcome to the Ghetto
Bondy, Noisy-le-Sec, Les Ulis, Trappes, Deuil-la-Barre sont donc vouées à demeurer indéfiniment des villes de pauvres. Même plus des villes d'ailleurs, mais de simples ghettos sous contrôle.


Les Ulis, bienvenue chez moi

Mix-cité
Une cité HLM est vouée à la pauvreté. La mixité ne se fera pas dans ces quartiers. Les habitants qui grimperont une marche ou deux de trop dans l'échelle sociale seront virés de ce paradis artificiel de la pauvreté organisée. Ils deviendront les pauvres d'un quartier légèrement plus cossue, dans lequel s'évanouiront les quelques économies qu'ils avaient fait, pendant que dans leur ancien quartier d'autres pauvres viendront prendre leur place.

La diversité
Les enfants de pauvres resteront donc entre eux, ils ne verront jamais de fils d'informaticiens, de fils de professeurs d'université ou de fils de docteurs dans leur immeuble. La nature (humaine) ne reprendra jamais ses droits dans ces "zones" là. La seule diversité qu'on y observera jamais, ce sera toujours celle des origines éthniques !

du Neuf cube au 9.1
Je suis né à Bondy, j'ai grandi Aux Ulis, comme Thierry Henry, comme SINIK. A mon époque, il y avait encore des médecins, des kinés, des ingénieurs qui habitaient cette ville. Aujourd'hui cette mixité n'existe plus. Le médecin est parti à la retraite, la kiné est décédée, Thierry Henry est parti joué en Espagne, et moi à Paris.

Si je n'avais pas vu et entendu d'autres manières d'envisager la vie, je serais sans aucun doute resté devant mon immeuble à mater les petites gazelles qui passent en banc le vendredi soir.

Tous dans le même panier ?
Que la directrice de cabinet de madame Fadela Amara habite dans une cité pourrie de Boulogne ne me choque. Tant mieux même. Elle vit là depuis très longtemps, elle y a construit une vie sociale, elle a connu une certaine ascension sociale, tant mieux. Si sa cité peut en profiter, tant mieux encore, si elle peut faire la fierté d'enfants qu habitent son immeuble, tant mieux toujours. Ce qui est choquant c'est lorsqu'un énarque ou le fils d'un premier ministre (Juppé) "profite" une HLM situé dans le Vème arrondissement de paris dont le loyer est le même qu'une HLM de Bondy ou des Ulis


Les Ulis, by night...


www.lesulis.fr

2 commentaires:

élise a dit…

bonjour,

Je suis étudiante en M2 à la Sorbonne et je fais mon mémoire sur l'habitation en architecture très moderne, je serai intéressée de converser avec vous...

Le stress : une maladie de civilisation a dit…

Bonjour,
Vous pouvez toujours entrer en contact avec moi, même si je ne me sens aucune légitimité pour parler du sujet qui vous intéresse
contactermerlin (at) gmail.com

samedi 22 décembre 2007

Habitation à Loyer Moderne

Nausée
D'un côté, le pédant, le méprisant (et méprisable), l'impossible monsieur Bolufer et ses explications. Les beaux quartiers et leurs belles adresses, les mètres carrés à gogo, le pouvoir, le cynisme et l'arrogance.
De l'autre, la jalousie féroce, les approximations, une bonne dose de populisme débridée, un zeste de démagogie et d'huile sur le feu.

Au milieu, la vérité, le juste milieu, le bon sens bafoué. Forcément.

Les coupables
Ce qui m'apparait insupportable c'est la manière dont un réel problème est récupéré pour être utilisé politiquement, et ce faisant, comment il disparaît derrière les hauts cris et les haussements d'épaules.
Je prédis que le dindon de la farce sera au final toujours le même. Monsieur Bolufer et Monsieur Chevenement trouveront sans peine à se reloger à de jolies adresses. Mais le couple qui vit dans une HLM pourrie depuis 40 ans et désire y rester se verra contraint de quitter son logement sous prétexte que leurs émoluments ne justifient plus qu'ils aient droit à bénéfécier d'un tel "avantage". Ils partiront donc sous les colibets de leurs voisins qui les regarderont comme s'ils étaient des salopards coupables de tous les maux de ce monde.

Welcome to the Ghetto
Bondy, Noisy-le-Sec, Les Ulis, Trappes, Deuil-la-Barre sont donc vouées à demeurer indéfiniment des villes de pauvres. Même plus des villes d'ailleurs, mais de simples ghettos sous contrôle.


Les Ulis, bienvenue chez moi

Mix-cité
Une cité HLM est vouée à la pauvreté. La mixité ne se fera pas dans ces quartiers. Les habitants qui grimperont une marche ou deux de trop dans l'échelle sociale seront virés de ce paradis artificiel de la pauvreté organisée. Ils deviendront les pauvres d'un quartier légèrement plus cossue, dans lequel s'évanouiront les quelques économies qu'ils avaient fait, pendant que dans leur ancien quartier d'autres pauvres viendront prendre leur place.

La diversité
Les enfants de pauvres resteront donc entre eux, ils ne verront jamais de fils d'informaticiens, de fils de professeurs d'université ou de fils de docteurs dans leur immeuble. La nature (humaine) ne reprendra jamais ses droits dans ces "zones" là. La seule diversité qu'on y observera jamais, ce sera toujours celle des origines éthniques !

du Neuf cube au 9.1
Je suis né à Bondy, j'ai grandi Aux Ulis, comme Thierry Henry, comme SINIK. A mon époque, il y avait encore des médecins, des kinés, des ingénieurs qui habitaient cette ville. Aujourd'hui cette mixité n'existe plus. Le médecin est parti à la retraite, la kiné est décédée, Thierry Henry est parti joué en Espagne, et moi à Paris.

Si je n'avais pas vu et entendu d'autres manières d'envisager la vie, je serais sans aucun doute resté devant mon immeuble à mater les petites gazelles qui passent en banc le vendredi soir.

Tous dans le même panier ?
Que la directrice de cabinet de madame Fadela Amara habite dans une cité pourrie de Boulogne ne me choque. Tant mieux même. Elle vit là depuis très longtemps, elle y a construit une vie sociale, elle a connu une certaine ascension sociale, tant mieux. Si sa cité peut en profiter, tant mieux encore, si elle peut faire la fierté d'enfants qu habitent son immeuble, tant mieux toujours. Ce qui est choquant c'est lorsqu'un énarque ou le fils d'un premier ministre (Juppé) "profite" une HLM situé dans le Vème arrondissement de paris dont le loyer est le même qu'une HLM de Bondy ou des Ulis


Les Ulis, by night...


www.lesulis.fr

2 commentaires:

élise a dit…

bonjour,

Je suis étudiante en M2 à la Sorbonne et je fais mon mémoire sur l'habitation en architecture très moderne, je serai intéressée de converser avec vous...

Le stress : une maladie de civilisation a dit…

Bonjour,
Vous pouvez toujours entrer en contact avec moi, même si je ne me sens aucune légitimité pour parler du sujet qui vous intéresse
contactermerlin (at) gmail.com

Pages

 
Free Website TemplatesFreethemes4all.comFree CSS TemplatesFree Joomla TemplatesFree Blogger TemplatesFree Wordpress ThemesFree Wordpress Themes TemplatesFree CSS Templates dreamweaverSEO Design